La Section de Deuil Enghien

11 novembre à Enghien les bains : identité nationale ou réconciliation européenne?

0 commentaire Le par

Mercredi 11 novembre 2009, le maire d’Enghien les bains et conseiller général UVO (groupe UMP et assimilés du Val d’Oise) a prononcé un discours au cours duquel il s’est senti obligé de citer à 2 ou 3 reprises la notion d’identité nationale.

Pourtant, à l’occasion de la célébration de l’armistice de la 1ère guerre mondiale, c’est plutôt l’identité européenne voire mondiale, qu’il est opportun de mettre en avant, non ?

Lors de ce même discours du 11 novembre, le maire – « jacobin de droite » comme il se définit lui-même – a revendiqué la recherche permanente du « vivre ensemble » et dénoncé « tous les sectarismes et tous les fanatismes ». Oui mais, lorsque l’on vit en France – et en particulier à Enghien-les-bains -, que l’on a accès à tout, y compris au superflu, n’est-il pas moins difficile de ne pas devenir « sectaire ou fanatique » que lorsque l’on est privé de l’essentiel – à l’autre bout du monde ou à quelques kilomètres – mais que l’on voit régulièrement à la télévision des reportages sur la douceur de vivre (relative et subjective évidemment) française ou enghiennoise ?

Sophie Maley, Saadia Cheyrouze et Thierry Eve, les trois conseillers municipaux de la liste d’opposition « Enghien source de diversités » se sont publiquement étonnés de ce discours. Ils ont demandé au maire d’Enghien lors de la séance du conseil municipal du 19 novembre s’il pensait vraiment que la crise principale dont souffrait aujourd’hui la France était celle d’identité ?

tirailleurs sénégalaisAu-delà de l’opportunité de l’actualité politique nationale telle que fabriquée, non sans arrière-pensées, par le président de la république française, les élus d’opposition ont détaillé leur question et demandé au maire de préciser son intention et ses convictions :

– qu’est-ce qui caractérise, distingue et rend complémentaires (ou rend incompatibles) selon lui les identités enghiennoises, valdoisiennes, franciliennes, françaises, européennes et mondiales ?

– existe-t-il d’après lui des « vrais « français et des « faux » (ou des « vrais » enghiennois et des « faux ») ?

– y-aurait-il des français qui ne « méritent » pas de l’être et des non-français qui « mériteraient » de le devenir (ou des enghiennois qui ne « méritent » pas de l’être et des non- enghiennois qui « mériteraient » de le devenir) ?

A toutes ces questions, le maire d’Enghien a répondu par une pirouette et a invité chacun à exprimer ses convictions lors du grand débat national à venir. Nous ne manquerons pas de le faire. Et vous monsieur le maire ?

PS : Les élus d’opposition ont une nouvelle fois demandé que ces questions et les réponses du maire soient retranscrites dans le compte rendu du conseil municipal : en effet, elles ne le sont jamais… Est-ce une caractéristique de l’identité enghiennoise et/ou du jacobinisme de droite ?

Pour en savoir plus : Misère du “débat” sur l’identité nationale

Thierry Eve : conseiller municipal d’opposition et Fabrice Rizzoli : secrétaire de section Deuil-la barre/Enghien les bains

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias