La Section de Deuil Enghien

Contre les commémorations de la division « Le 19 mars pour tous! »

0 commentaire Le par

Communiqué de presse

Vendredi 18 octobre 2013

Contre les commémorations de la division

« Le 19 mars pour tous! »

5octobre

Au lendemain de l’anniversaire du massacre du 17 octobre 1961, reconnu officiellement en 2001, Bouge la Ville-Deuil-La Barre et le Parti Socialiste de Deuil-La Barre s’étonnent que la majorité municipale fasse chaque année le choix de ne pas commémorer le 19 mars,  journée nationale du souvenir à la mémoire des victimes de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. (cf. loi sur la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc

 

Le Parti Socialiste et Bouge la Ville-Deuil-La Barre s’interrogent également quant au fait que la majorité municipale organise deux commémorations le même jour :

– le souvenir des Victimes de la chute du V2

– l’hommage aux Harkis

Commémoration qui a eu lieu cette année le Samedi 5 octobre 2013 place des Victimes du V2 et parvis de l’hôtel de ville : 10h 

La droite divise

Sous la pression de la droite extrême et nationaliste, l’UMP a fait le choix au cours de la dernière décennie de multiplier les commémorations mémorielles, communautaristes et électoralistes qui divisent les Français plus qu’elles ne les rassemblent.

Le gouvernement de Jacques Chirac avait créé une date d’hommage aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord  le 5 décembre par le décret du 26 décembre 2003, et rappelé dans la loi 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés.

Le majorité UMP, par une loi du 28 février 2012 avait également fixé le 11 novembre comme une commémoration nationale pour tous les morts (y compris les militaires qui meurent en ce moment au Mali) alimentant encore plus les divisions mémoriels.

Ces multiplications de dates en fonction des catégories de victimes (Harkis, soldats français, rapatriés…) voulues par la droite nostalgique de l’Algérie française à laquelle a cédé l’UMP sont peu propices à la réconciliation dont les peuples français et algérien ont besoin pour panser leurs plaies, se reconstruire et aller de l’avant dans un monde nouveau et multiple.

Il existe une date sur laquelle se rassembler.

La loi votée le 8 novembre 2012 prévoit le 19 mars comme journée nationale du souvenir à la mémoire des victimes de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

Le 19 mars est une date qui rassemble car c’est celle de TOUTES les victimes

Le 19 mars est une date qui rassemble car il s’agit de la date de la fin officielle de cette guerre le 19 mars 1962.

Le 19 mars est une date qui rassemble car elle est celle prévue par le législateur.

Le 19 mars est une date qui rassemble car elle permet à toutes les victimes de commencer une réconciliation fondée sur la reconnaissance du statut de victime des camps réciproques, des deux camps.

La 19 mars est une date qui rassemble car elle est souhaitée par la principale association de vétérans, la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, au Maroc et en Tunisie (Fnaca) (pour le 19 mars 1962 fin des combats officiels).

La droite de Deuil-La Barre ne veut pas du 19 mars car pour elle cela ne serait pas le début de la paix, les jours et mois qui suivirent ayant encore fait de nombreuses victimes ce qui historiquement n’est pas faux.

Mais on commémore la fin de la Seconde Guerre mondiale le 8 mai alors que les combats ont fait rage dans le Pacifique pendant des mois, sans compter l’utilisation d’une bombe atomique ! Ou encore l’armistice du 11 novembre 1918 alors qu’il y eut encore après cette date 100 000 victimes.

La droite de Deuil-La Barre divise comme la droite extrême et nationaliste.

L’actuelle majorité municipale instrumentalise la mémoire.

A Deuil-La Barre, la majorité municipale en associant dans la même journée les Victimes du V2 et les Harkis réalise par ailleurs un mélange des genres historiques peu propice à la compréhension d’une Guerre d’Algérie complexe et encore douloureuse et d’une Seconde Guerre mondiale dont l’actualité reste pressante.

Elle instrumentalise se faisant la mémoire à des fins politiciennes et peu respectueuses des victimes qu’elle dit vouloir commémorer. En effet la date officielle de commémoration et d’hommage aux Harkis a été fixée au 25 septembre. En déplaçant cette cérémonie au 5 octobre afin de la combiner avec l’hommage rendu aux victimes du V2 à Deuil-La Barre la majorité municipale ne fait pas preuve d’un grand respect pour ceux-là même auxquels elle dit vouloir rendre hommage.

La droite de Deuil-La Barre si encline à se réfugier derrière le respect de la loi et du droit lorsque cela l’arrange n’hésite pas à ne pas s’y conformer lorsque, pour des motifs électoralistes, elle a le sentiment que cela puisse lui être favorable

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias