La Section de Deuil Enghien

Déclaration « reforme rythmes scolaires »

0 commentaire Le par

Déclaration de Brigitte Goch Bauer pour le groupe « Changer Deuil » au CONSEIL MUNICIPAL de lundi 26 mai 2014 concernant la question 18 : réforme des rythmes scolaires

Rappel : la majorité propose de concentrer les activités périscolaires le vendredi après-midi

« Nous partageons l’idée que les rythmes scolaires sont une question particulièrement importante.

L’organisation de la journée est quasiment restée inchangée depuis la fondation de l’Ecole publique, alors que cette question est posée comme essentielle par les chronobiologistes en matière d’aménagement des rythmes de l’enfant : quantité de sommeil, récupération, pics de vigilance et coups de fatigue sont autant de facteurs qui influent sur la disponibilité des élèves face aux apprentissages.

Aménager les rythmes de vie des enfants, c’est intégrer dans leur globalité, tous les temps : temps familial, temps scolaire, temps périscolaire, temps personnel, temps libre. Proposer un aménagement du temps de l’enfant revient donc à repenser la journée scolaire dans sa globalité : de l’accueil du matin, jusqu’à la garderie du soir (ou l’étude) en passant par la cantine et la journée de classe : pour l’enfant cette journée fait un tout !

Il faut également considérer le rythme sur la semaine, les chronobiologistes ont montré que pour les enfants, d’autant plus qu’ils sont jeunes ou en difficulté, la régularité et la prévisibilité favorisent les apprentissages. En pratique une pause trop longue pour le WE entraîne une désynchronisation et donc de la fatigue et un manque de concentration le lundi. Effet inverse des a priori des adultes.

Il faut que la semaine et la journée scolaire soit redéfinie et réorganisée en tenant compte des rythmes des enfants selon leur âge. Pour cela, le meilleur scénario pour des heures de TAP adaptée à l’enfant, serait d’allonger la pause méridienne, sans changer l’heure de sortie de l’école. Des temps calmes après le repas pour favoriser la détente, voir une sieste pour les plus jeunes et ceux qui en ont besoin. Un peu moins bien mais acceptable aurait été de réserver 2 plages en fin de journée entre 15h et 16h30 pour des TAP plus structurés, c’est probablement potentiellement plus riche de contenu mais plus compliqué à organiser et plus fatigant. Encore moins bien mais mieux que votre proposition du vendredi après-midi, aurait été une après-midi entière le lundi ou un milieu de semaine. L’inconvénient majeur du choix du vendredi étant d’augmenter la durée du week end et de désynchroniser la semaine.

Sur la question de la forme. Lors de la campagne municipale, vous faisiez part, Madame le Maire, de votre opposition à cette réforme, espérant un amendement de la part du gouvernement. Néanmoins, vous précisiez que si cette loi devait être maintenue en l’état au terme de l’année 2014/2015, vous repenseriez le scénario présenté pour délibération par votre prédécesseur et adopté en séance du conseil municipal du 7 octobre 2013. Avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative vous souhaitiez vous orienter vers une plage de deux fois 1h30, permettant des activités élargies, plus riches, mieux structurées avec la possible exploitation d’infrastructures municipales difficilement accessibles en 45 minutes, des horaires facilitant le recrutement des intervenants.

Le décret du 8 mai 2014 permet un assouplissement au travers de dérogations et d’expérimentations. Il ne concerne qu’une minorité de commune, celles qui rencontrent des « difficultés objectives » pour organiser les nouveaux temps scolaires. Sachant que 94 % des communes devant adopter la réforme sont prêtes pour une mise en œuvre à la rentrée de septembre.

Quelle est la nature des difficultés objectives qui vous conduisent aujourd’hui à proposer en urgence, un nouveau scénario sans concertation, réflexion, ni débat avec les différents acteurs de la communauté éducative si ce n’est une réunion d’un Comité Technique , le mardi 20 mai, soit 15 jours après la parution du décret, pour présenter et informer de la nouvelle orientation choisie et ce sans tenir compte de l’avis et des remarques émises par les différents acteurs présents et investis depuis plus d’une année dans le projet : enseignants, représentants des parents d’élèves.

Le choix du scénario qui vient d’être imposé est contestable et déjà contesté tant sur la méthode autoritaire de décision que sur les adaptations qu’il va induire. Il génère des interrogations dans le corps enseignant notamment au regard du choix du TAP le vendredi après-midi, mais aussi chez nombre de parents plus soucieux de maintenir une journée adaptée d’enseignement à 5h15 plutôt que de se voir offrir la possibilité de week-end allongé.

Pendant la campagne municipale la liste « des engagements des actes » a dit « Notre projet au cœur du prochain mandat, nous allons le partager avec vous pour que sa mise en œuvre soit le reflet de vos préoccupations ». Nous prenons acte, les administrés jugeront.

En conclusion, nous ne sommes pas d’accord avec cette proposition du vendredi après-midi en raison de l’absence de concertation mais surtout en raison de l’incohérence de ce choix au regard de l’intérêt de l’enfant ».

Brigitte Goch Bauer pour le groupe Changez Deuil.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Déclaration de Brigitte Goch Bauer pour le groupe « Changer Deuil » au CONSEIL MUNICIPAL de lundi 26 mai 2014 concernant la question 18 : réforme des rythmes
Le par
Fabrice Rizzoli dans le fauteuil rouge de Benoît Duquesne Fabrice Rizzoli et Bruno Duquesne Le conseiller municipal, connu comme spécialiste
Le par

Les derniers contenus multimédias